Ecrit par & déposé en vertu de Non classé.

Il y a de ces chiens dont le poids peut être multiplié par un facteur de 80 et plus entre la naissance et l’âge adulte. Le grand danois, le bouvier bernois et le rottweiler sont trois des races dont la croissance semble incontrôlable : ils gagnent souvent jusqu’à 4 centimètres par mois! Lorsqu’on s’attarde à la santé d’un chien, c’est une statistique préoccupante : la musculature et les articulations doivent s’adapter à une vitesse très rapide! Heureusement, si ces races ont réussi à survivre et à rester dans le cœur des éleveurs, c’est qu’il est possible de les garder en santé avec les bonnes précautions.

Nous vous présentons dans cet article quelques conseils pour limiter les risques liés à une croissance trop rapide.

croissance du chien Croissance d’un grand chien : les précautions à prendre

Connaître les pathologies fréquentes chez le grand chien

Il existe quelques troubles de santé qui reviennent fréquemment chez les grands chiens. Ils se situent surtout au niveau des articulations; en voici les plus fréquents :

Dysplasie de la hanche : C’est une lésion de la hanche qui provoque des troubles de mobilité, de l’inflammation ainsi qu’une arthrose prématurée. Elle est provoquée par la transmission d’un gène fautif par un des parents.

Dysplasie du coude : Ses conséquences sont similaires à celles de la dysplasie de la hanche, à la différence que ce sont les membres antérieurs qui sont touchés.

Arthrose : Bien que l’arthrose soit souvent provoquée par la vieillesse, elle peut aussi être engendrée par une mauvaise alimentation, une blessure ou des malformations articulatoires. Elle engendre de la boiterie, de l’inflammation et de l’apathie chez le chien.

En prenant connaissance de chacune des maladies, vous apprendrez à mieux les affronter. Consultez les fiches explicatives au http://chatetchien.ca/chiens/sante/ pour plus d’informations.

L’alimentation du chien à croissance rapide

bien nourrir son chien 300x225 Croissance d’un grand chien : les précautions à prendreIl est clair que l’alimentation joue un rôle prédominant dans le développement du chiot. Comme chaque race possède des besoins bien précis en termes de nutriments et de quantité de nourriture, il est recommandé d’en discuter avec l’éleveur qui vous aura vendu le chien : il devrait s’y connaître! Les vétérinaires ont aussi de bonnes bases en nutrition et peuvent vous présenter des formules adaptées. Après tout, une surdose de calcium et de vitamine A n’est pas plus acceptable qu’une carence, les deux doivent être évités grâce à un régime bien défini.

Il est essentiel de ne pas suralimenter votre chien. Le surpoids est une des principales causes du développement de la dysplasie et de l’arthrose puisque les articulations, ayant de la difficulté à suivre le rythme de croissance, ne sont pas assez fortes pour supporter le poids d’un chien obèse. Elles se blessent ainsi plus facilement.

Le chiot de moins de 3 mois mangera entre 4 à 5 repas par jour, alors qu’entre 3 et 6 mois, il est préférable de passer à 3 rations. Dans tous les cas, il est fortement déconseillé de nourrir le grand chien en une seule ration quotidienne, son estomac n’étant pas assez « souple » pour accueillir une aussi grosse quantité de nourriture.

Pour des conseils plus pointus sur l’alimentation, vous pouvez aussi consulter le site de Royal Canin à cette page.

Attention à l’exercice physique

Les dernières précautions concernent l’exercice physique. On pense que les chiens sont de petites créatures infatigables mais dans les faits, ceux à la croissance très rapide doivent faire très attention à ne pas faire trop d’exercice lorsqu’ils sont jeunes!

Il y a une « règle de pouce » à respecter pour la promenade : vous ne devez pas le faire marcher plus de 5 minutes par mois d’âge. Par exemple, un chien de 6 mois pourra partir 30 minutes en promenade avec vous, mais passé ce temps, la fatigue pourrait entraîner un risque de blessure.

Aussi, empêchez votre chien de sauter. Que ce soit pour monter les marches, entrer ou descendre du véhicule, sauter sur le divan, toutes ces actions entraînent un risque de trauma, ce qui serait très nocif pour des articulations en développement. Les maîtres font souvent l’erreur de demander à leur compagnon de se mettre sur ses pattes arrière : il est beaucoup trop lourd pour elles! Attendez au moins qu’il ait atteint les 18 mois, ce qui signifie la fin (ou presque) de sa croissance.

En conclusion, si vous respectez l’ensemble de ces conseils, vous ferez un pas dans la bonne direction. Même si votre assurance pour animaux vous assure que les frais de santé seront couverts, pour le bien-être de votre animal, il est préférable d’y faire appel le moins souvent possible, n’est-ce pas?

Les commentaires sont fermés.